Chloe Shindruk

Chloe ShindrukEntre autres qualités, les infirmières doivent posséder une bonne dose de capacité d’adaptation, de compétence technique et d’intelligence émotionnelle. La profession infirmière m’a attirée parce qu’elle me permettait d’explorer une foule de domaines qui m’intéressaient. Je savais que les infirmières jouaient un rôle polyvalent et dynamique dans le système de santé canadien et que chaque jour m’apporterait de nouveaux défis à relever, de nouveaux problèmes à résoudre et de nouvelles relations à bâtir. En tant qu’infirmière, je pouvais accompagner les gens dans les moments les plus difficiles de leur vie tout en développant ma propre intelligence émotionnelle et mon acuité intellectuelle. Je pouvais aussi comprendre l’effet des politiques nationales, provinciales et organisationnelles sur les communautés et les familles et apprendre à militer en faveur de changements pour réduire les inégalités sociales. Peu de professions offrent des défis aussi variés!

Mon poste actuel d’infirmière de recherche à l’Université du Manitoba satisfait amplement mon esprit de curiosité. J’ai déjà travaillé dans un cadre clinique aux soins palliatifs pour adultes, ainsi que dans une unité de travail, d’accouchement, de rétablissement et de soins postnataux. Les soins palliatifs sont également nécessaires dans ce contexte et ce travail m’a sensibilisée aux besoins essentiels des femmes et de leurs proches qui vivent un deuil périnatal. C’est le sujet de mon mémoire de maîtrise en sciences infirmières à l’Université du Manitoba. C’est un immense honneur pour moi d’avoir obtenu la bourse Helen Glass de la Fondation des infirmières et infirmiers du Canada.