Christopher Stephens

Bourse Sanofi Pasteur

Bourse Sanofi Pasteur

J’ai entrepris ma carrière dans la santé à titre de technicien médical d’urgence dans une petite communauté rurale. Les ambulanciers étaient les seuls professionnels de la santé desservant le village, je me suis intéressé à la continuité des soins et à la promotion de la santé, ce qui m’a orienté vers la profession infirmière. Je suis infirmier en soins actifs, mais je désire toujours travailler dans les soins épisodiques et continus. Il était donc logique que je m’inscrive au programme de maîtrise en sciences infirmières/formation des infirmiers praticiens à l’Université Athabasca, afin de pouvoir dispenser des soins plus complets et suivis aux patients et aux familles. Récemment, une infirmière théoricienne a décrit les sciences infirmières comme « le point de rencontre entre la science et les soins ». C’est une des meilleures définitions que je connaisse de l’art et de la science des soins infirmiers. J’apprécie la dimension technique et scientifique du travail infirmier, mais c’est l’application humaine de ces éléments qui définit la profession.

L’infirmier praticien pousse plus loin ces deux aspects. À titre d’infirmier praticien, je pourrai promouvoir la santé, insister sur la prévention des maladies et des blessures, notamment en prônant la vaccination, et travailler avec les patients, les familles et les collectivités en vue d’un état de santé optimal. J’apprécie le soutien financier de Sanofi Pasteur et de la Fondation des infirmières et infirmiers du Canada, alors que je me rapproche de mon objectif d’obtenir une maîtrise en sciences infirmières et une licence d’infirmier praticien.