Simrin Sangha

Simrin SanghaJe tiens d’abord à exprimer toute ma gratitude à John Carl et à sa défunte épouse Beverly pour cette bourse qui apporte un soutien aux infirmières praticiennes des prochaines générations.

Dès l’enfance, j’ai toujours eu soif de savoir. Tout au long de ma vie, j’ai voulu faire davantage, apprendre davantage et réaliser davantage pour donner le meilleur de moi-même. J’ai eu la chance de me passionner pour une profession qui incarne la croissance, l’innovation et le changement positif. J’étais née pour être infirmière praticienne. Trouvant mon plus grand bonheur dans le fait d’aider les autres, je me réjouis d’avoir trouvé un métier qui allie la science de la médecine et l’art de soigner.

En qualité d’infirmière, j’ai travaillé aux premières lignes des soins primaires dans un des services d’urgence les plus achalandés de l’Ouest canadien. J’ai constaté la congestion des urgences et le besoin criant d’un plus grand nombre de prestataires de soins primaires. J’ai beaucoup étudié durant ma maîtrise à l’Université de la Colombie-Britannique pour être en mesure de dispenser des soins optimaux aux personnes qui en ont besoin. Je crois profondément que les infirmières praticiennes peuvent mener une réforme des soins de santé afin de répondre aux besoins complexes de la population. À titre d’infirmière praticienne, j’aimerais faire partie d’une équipe interdisciplinaire capable de prodiguer des soins holistiques à des patients orphelins. Un meilleur accès aux soins permettra d’améliorer la santé générale de la population.